DIFFUSER UNE OFFRE D'EMPLOI • STAGE RÉFÉRENCER UNE FORMATION

Carrefour des gestions locales de l’eau à Rennes

19e CARREFOUR DES GESTIONS LOCALES DE L’EAU

gestions locales de l'eau

Parc Expo de Rennes, les 24 et 25 janvier 2018

La Région Bretagne parlera des solidarités de l’eau lors du prochain Carrefour de l’eau organisé par IDEAL Connaissances à Rennes les 24 et 25 janvier 2018. Thierry Burlot, son vice-président, revient sur ce thème en avant-première et explique pourquoi il est nécessaire de s’emparer de la question pour garantir un accès équitable à l’eau.

La Région Bretagne a choisi de réfléchir, à l’occasion du prochain Carrefour de l’eau, sur les solidarités de l’eau. Pourquoi ce sujet ?

Parce que l’eau est le facteur de développement des territoires et qu’ils n’ont pas tous le même accès à une eau en qualité et en quantité suffisante. Il faut donc apporter une solidarité entre territoires pour donner un accès équitable à l’eau. Cette solidarité doit s’appliquer entre le centre de la Bretagne, château d’eau de la région, et le littoral et les villes où seront demain concentrés les utilisateurs/consommateurs ; entre les urbains et les ruraux ; entre l’amont et l’aval sur la problématique des inondations et de la qualité de l’eau. Ce sont les pratiques des acteurs en amont qui permettront d’obtenir une eau de qualité à l’aval et de limiter les phénomènes d’inondation.

La solidarité est donc une question essentielle pour l’eau, et d’autant plus dans un contexte de changement climatique qui va exacerber les tensions sur l’eau. C’est le rôle de la Région que de s’assurer que cette solidarité puisse être exercée partout en Bretagne, avec des outils efficaces. C’est pourquoi le Conseil régional de Bretagne a posé en Conférence bretonne de l’eau la question de la structuration de la planification dans le domaine de l’eau en Bretagne, et qu’elle fait de la solidarité son sujet de plénière au Carrefour de l’eau.

Cela indique que certains territoires sont soumis à certaines difficultés… quels sont donc les problèmes rencontrés ? Et quels sont les territoires concernés ?

Les solidarités sur lesquelles il est nécessaire de se pencher sont nombreuses. Les solidarités – terre/mer, urbain/rural, amont/aval, sociale – doivent être au cœur de nos réflexions afin de répondre à un aménagement du territoire et un développement économique pérennes. Il ne faut pas oublier les risques de submersions marines pour une Région concernée par 2700 km de côtes et des activités touristiques très concentrées sur le littoral.
Dans l’avenir, on peut imaginer que la population va continuer à s’accroître sur le littoral et dans les villes. Or ce n’est pas là qu’on produit l’eau. Les lieux de consommation sont déconnectés des lieux de production, ce qui provoque déjà certaines tensions sur la ressource et des restrictions d’usage en période estivale sur des secteurs touristiques du Sud Bretagne.

Le Finistère Sud et le bassin rennais notamment sont concernés par des fragilités de ressources en eau potable. Il y a également un écart important entre la qualité des eaux de l’Ouest, plus qualitative, et de l’Est de la Bretagne soumis à des pressions plus conséquentes. Autre exemple, celui de la fermeture de certaines zones conchylicoles du littoral du Nord Bretagne, en lien avec des problèmes de contamination bactériologique (assainissements défectueux de zones urbaines). Enfin, les côtes finistériennes sont soumises à des phénomènes de submersions marines de plus en plus fréquents qui nécessitent une solidarité dans leur prévention.

Quel rôle souhaite tenir la Région Bretagne à ce sujet ?

La Région souhaite poser la question de la solidarité à un niveau régional et y réfléchir avec l’ensemble des acteurs bretons de la gestion intégrée de l’eau. C’est pourquoi elle a posé le sujet en Conférence bretonne de l’eau et des milieux aquatiques, via un projet d’EPTB (Établissement public territorial de bassin) armoricain. Son objectif est avant tout de lancer le débat sur la façon dont les acteurs bretons pourraient se structurer pour assurer une solidarité de l’eau sur l’ensemble du territoire breton.
Ce rôle de facilitateur des réorganisations territoriales est d’ailleurs inscrit dans le décret qui donne la compétence d’animation et concertation de la politique de l’eau en Bretagne, au Conseil régional. Au-delà de la solidarité, ces réorganisations devront également permettre de favoriser la transversalité des politiques publiques dans le domaine de l’économie (agriculture, tourisme, pêche..), l’aménagement du territoire, de la santé…

Quels enseignements les pays du Nord qui ont encore peu de problème de disponibilité d’eau peuvent-ils tirer des pays du Sud qui subissent sécheresses ou inondations depuis de nombreuses années ?

Nous espérons des réponses dans la plénière de clôture parrainée par le Conseil régional de Bretagne – le 25 janvier 2018 à 14h30 – et qui aura pour titre : « solidarités de l’eau, un pour tous, tous pour un ? ». Ce moment important sera l’occasion de débattre sur les types de solidarités et les composantes à imaginer selon les spécificités des territoires. Le regard international permettra d’anticiper sur les crises à venir en tirant les enseignements des expériences menées dans des pays déjà touchés par la pénurie d’eau par exemple. L’objectif est de s’appuyer davantage sur une approche préventive pour tenter de diminuer la place du curatif. La technicisation à outrance a des limites qu’il convient de bien identifier.

En savoir plus : consulter le site www.idealconnaissances.com/carrefour-eau/

CANDIDATS : pour tous renseignements sur une formation ou annonce de recrutement publiée sur ce site, contacter directement l'établissement ou l'organisme mentionné, Orientation Environnement ne gérant pas les candidatures.

Poster votre message (Conservation 18 mois max. Supression sur demande de l'auteur) :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.