Expo photos : La biodiversité, vue du Costa Rica et d’Inde

Exposition de photographies : la biodiversité, vue du Costa Rica et d’Inde
Semaine du développement durable 2014

Lieu : Sciences Po Paris, Hall du 13 rue de l’Université, 75007.
Dates : du 31 mars au 4 avril 2014

L’Association Sciences Po Environnement (ASPE)

Cette exposition est organisée par Sciences Po Environnement. L’Association Sciences Po Environnement (ASPE) est portée par une double mission : réduire l’empreinte environnementale de Sciences Po, et sensibiliser les étudiants. Nous essayons progressivement d’accroître la dimension participative, convaincus que cela est nécessaire et complémentaire de l’information afin de prendre véritablement conscience du rôle de chacun pour la promotion d’un mode de vie plus durable. Nous pensons ainsi que les projets de protection de l’environnement nécessitent une bonne compréhension des enjeux par les étudiants de Sciences Po.
Nous envisageons de mettre en place des projets ambitieux pour promouvoir la protection de l’environnement à Sciences Po et de montrer qu’il est possible d’agir sur différents aspects. Nous souhaitons proposer aux étudiants un large panel d’activités liées à la protection de l’environnement et au soutien à des modes de consommation plus durables.

L’exposition sur la biodiversité, vue du Costa Rica et d’Inde

Sa création répond à un désir d’aborder le développement durable à travers l’art. Nous souhaitons rappeler que le développement durable n’est pas réductible à sa dimension environnementale. Le développement durable repose sur trois piliers d’importance égale : l’économique, le social et l’environnemental. C’est l’imbrication et les tensions entre ces trois piliers qui sont au cœur de la réflexion. Ces photographies nous font ressentir ces tensions et nous peuvent inciter à réfléchir à des modèles de développement soutenables.

SDD 2014 sciences-po-environnementLa première partie de l’exposition est composée de photographies d’une jeune artiste costaricienne, María F. Sandoval. Cette partie correspond à la représentation de la biodiversité. Le Costa Rica, petit pays d’Amérique centrale abrite 6% de la biodiversité mondiale. Les Costariciens sont particulièrement sensibles à l’écosystème qui les entoure. Il s’agit ici de représenter la nature en ce qu’elle a de puissant, de magnifique et de se rendre compte de son importance pour l’économie et la société. L’éco-tourisme est l’un des principaux moteurs de l’économie du pays. Par ailleurs, le Costa Rica a été le premier pays au monde à supprimer son armée, lors de son accession à l’indépendance en 1948 ; le budget anciennement alloué à l’armée a été dédié à la préservation de cet écosystème formidable, pilier de l’économie locale.

La deuxième partie de cette exposition franchit un pas supplémentaire : après avoir compris l’importance de la biodiversité, certains s’engagent pour la défendre. Cette partie est composée des œuvres d’un jeune photographe indien, Srikanth Skolari. Cet artiste a photographié la population qui s’est installée autour de la rivière Teesta, dans l’Etat du Sikkim en Inde. Au fil des photos, nous découvrons l’importance de la rivière : de la pêche, jusqu’à l’agriculture en passant par les jeux d’eau des enfants, l’écosystème est au cœur de la vie de ces populations. La rivière est considérée comme sacrée par les habitants. Cependant, l’Inde souffre d’un déficit de production énergétique et doit pourtant tenter de réduire ses émissions de gaz à effet de serre. Les énergies renouvelables pourraient être une solution. La rivière Teesta est donc le théâtre de la construction d’un immense barrage hydroélectrique. Si cette solution est peu émettrice de gaz à effet de serre, elle détruit l’écosystème local du fait du détournement des cours d’eau qui abritent des milliers d’espèces endémiques. De plus, le barrage affecte directement les populations locales, pour qui l’accès à l’eau de la rivière est  vital. La population de cet Etat a manifesté son désaccord, en vain. Le projet a été lancé sans que ses implications environnementales, et surtout sociales n’aient été évaluées.

Contact :
Léana Msika
Secrétaire Générale de Sciences Po Environnement

Le site de Sciences Po environnement : www.sciencespoenvironnement.fr
Facebook

Promouvoir une initiative étudiante

Poster votre message, question :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.