ANNONCER UN RECRUTEMENT RÉFÉRENCER UNE FORMATION

Prospective de l’emploi dans les métiers des géosciences

D’après une étude réalisée par Jacques VARET, Direction de le Prospective BRGM, avec le soutien de Michel BORSIER

Jacques VaretA la demande du Conseil d’Administration du BRGM, du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et du Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire, ce rapport fait le point sur la prospective de l’emploi dans le domaine des Géosciences à l’horizon 2020. En voici la synthèse.

La croissance rapide depuis 2005 des prix des matières premières minérales et énergétiques traduit une insuffisance de l’offre face à une demande en pleine expansion, après une période de 20 ans de sous-investissement en exploration production. Il en découle un appel très important en géologues et ingénieurs formés dans les domaines des géosciences (géologie, géophysique, ingénierie de production) auquel les universités et les écoles spécialisées n’ont pas été préparées.
Le champ de l’environnement a heureusement continué à pourvoir à des métiers et des formations en géosciences qui n’ont pas totalement disparues. En outre de nouveaux métiers apparaissent et devraient se développer à l’avenir.

Au total, le paysage de la prospective de la demande est le suivant :

– demande croissante et soutenue sur 20 ans au niveau mondial, avec de fortes répercussions en France, en matière d’exploration minière et pétrolière, dans les compagnies multinationales et plus encore les compagnies nationales et les sociétés de services ;

– poursuite de la forte demande de ces dernières années dans les métiers de la géologie pour l’aménagement (géotechnique notamment), l’industrie extractive (matériaux, minéraux industriels, granulats…), l’hydrogéologie, les sols pollués et les déchets, l’après-mine, les risques naturels et plus généralement au service des politiques de développement durable (bureaux d’études, collectivités, entreprises);

– demande nouvelle accompagnant l’exploitation de ressources minérales et énergétiques plus difficiles pour une prise en compte de l’environnement dès la conception puis la mise en œuvre des projets  (gisements métalliques à plus faibles teneurs, sables asphaltiques, schistes bitumineux…) ;

– nouveaux métiers liés aux contraintes climatiques ou aux émergences technologiques : stockage géologique du CO2, géothermie superficielle ou profonde, traitement des données spatiales et intégration de données multi-sources dans des modèles de prévision et des outils de visualisation (réalité augmentée).

L’objectif de ce travail est de mesurer l’ampleur du problème, qui à l’évidence dépasse le cadre français, de sorte qu’il ne suffit pas de se tourner vers l’étranger pour le résoudre. Au contraire, il apparaît qu’une vision mondiale ouvre des opportunités.

CANDIDATS : pour tous renseignements sur une formation ou annonce de recrutement publiée sur ce site, contacter directement l'établissement ou l'organisme mentionné, Orientation Environnement ne gérant pas les candidatures.

Poster votre message (Conservation 18 mois max. Supression sur demande de l'auteur) :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.