Les réalités des formations initiales en environnement

Dans Le Point sur n°151 de décembre 2012, le Service de l’observation et des statistiques du Commissariat général au développement durable, fait le point sur la diversité des thématiques enseignées dans les formations initiales en environnement.

Il n’existe pas de définition unique et standard d’une formation environnementale. La caractérisation de ces formations est complexe, notamment en raison de leur hétérogénéité. L’environnement couvre un vaste champ de thématiques très différentes : assainissement, prévention des risques naturels et technologiques, biodiversité, géosciences, qualité-hygiène-sécurité-environnement, ville durable, génie climatique, économie de l’environnement…

Une typologie de six domaines permet d’organiser et de caractériser les formations en environnement. Par ailleurs, l’ensemble des formations conduisent à une variété de diplômes, du CAP au diplôme d’ingénieur : les enseignements environnementaux y sont présents à des degrés divers ; ils peuvent avoir une finalité professionnelle ou généraliste, correspondre à des options ou représenter une spécialisation à part entière.

L’examen de l’ensemble de l’offre de formation environnementale en 2010 par le Service de l’observation et des statistiques (SOeS) et Défi métiers, le carif-oref francilien, a permis d’établir une radiographie de ces formations qui en illustre l’hétérogénéité.

Parmi le millier de formations environnementales en 2010 :

  • 63 % sont à dominante environnementale;
  • environ 25 % sont considérées comme modérément environnementales,
  • près de 12 % faiblement environnementales.

Télécharger l’intégralité de cette étude [PDF]

realite-formations-environnement

Source : Ministère du développement durable, de l’écologie et de l’énergie

Poster votre message, question :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles relatifs et annonces