Stage Micro-paysage et coléoptères terricoles H/F

0

Offre de stage biodiversité à l’IMBE

Institut Méditerranéen de Biodiversité et d’Écologie

Offre de stage Master 2 sur les coléoptères terricoles à Aix-en-Provence et Avignon
Date limite de candidature : 30/11/2020

Sujet du stage : Influence du micro-paysage sur la mobilité et la densité de populations de deux espèces de coléoptères terricoles
Lieu d’accueil : Institut Méditerranéen de Biodiversité et d’Écologie (IMBE)

Contexte du stage

La perte et la fragmentation des habitats naturels représentent une menace majeure pour la biodiversité à l’échelle mondiale [1]. S’il existe un consensus fort sur le fait que conserver la biodiversité nécessite de préserver une grande quantité d’habitats naturels (i.e. réduire, voire stopper la diminution des surfaces d’habitat) [2], l’arrangement optimal de ces habitats dans l’espace est l’objet d’un débat intense depuis les années 1970 [3,4]. Plus précisément, pour une certaine quantité d’habitats dans un paysage, est-ce qu’il existe des configurations spatiales qui sont réellement plus favorables que d’autres au maintien de la biodiversité ?
Ce débat est extrêmement vivant dans la littérature actuelle avec deux communautés scientifiques qui s’opposent : ceux qui défendent le fait que gérer la configuration spatiale des habitats est essentiel pour la conservation versus ceux qui affirment que gérer la configuration n’a que peu d’intérêt et que la conservation passe en premier lieu par une préservation et une restauration des habitats naturels. Les deux phénomènes, perte et fragmentation des habitats, ne sont pas indépendants : quand la quantité d’habitat diminue dans un paysage, les « morceaux » d’habitat restants deviennent plus petits et plus espacés les uns des autres, ce qui rend la résolution du débat ardue [5].
Étant donnée la pression foncière forte qui s’exerce aujourd’hui un peu partout sur le globe, les opportunités pour maintenir ou restaurer des habitats en grande quantité sont restreintes. Aménager les territoires pour optimiser la configuration spatiale des habitats) apparait dans ce contexte comme la seule option pour conserver la biodiversité [6]. Résoudre ce débat sur la fragmentation des habitats est donc devenu une priorité.

Objectifs du stage sur les coléoptères terricoles

Ce stage vise à aborder la question de la fragmentation des habitats par une approche expérimentale in situ, avec comme modèle d’étude deux coléoptères aptères des prairies sèches de la plaine de la Crau. Dans ce système, les prairies typiques sont couvertes à ~50% par de gros galets issus d’un ancien lit de rivière ; galets qui permettent aux coléoptères de s’abriter des températures extrêmes et des prédateurs [7]. De nombreuses zones de la plaine ont été dépierrées pour faire place à des activités agricoles, réduisant ainsi drastiquement l’abondance et la richesse des communautés des coléoptères [8]. Cependant, on ne sait pas de quelle manière l’intensité du retrait des pierres et l’organisation spatiale des pierres restantes peut atténuer ou non ces effets sur les coléoptères.
L’objectif principal de ce travail est de faire le lien entre l’organisation spatiale des zones d’habitat (empierrées) et la réponse des communautés de coléoptères en se focalisant sur les processus écologiques sous-jacents, ici donc le déplacement des individus et leur capacité à détecter les pierres-refuges. Plus spécifiquement, les objectifs seront :

  1. d’évaluer la capacité de déplacement et de détection de l’habitat chez les 2 espèces cibles Asida sericea et Poecilus sericeus,
  2. d’évaluer la densité des populations dans différentes conditions d’empierrement,
  3. et de participer à la mise en place de placettes expérimentales et à leur cartographie.

L’étudiant(e) mènera des expérimentations complémentaires pour répondre à ces objectifs. Il/elle participera à la réflexion scientifique sur la création des placettes expérimentales sur le terrain (en particulier cartographie des taux d’empierrement). Il/elle réalisera une expérimentation avec suivis et analyses de déplacements par télémétrie sur les deux espèces cibles du projet (Asida sericea and Poecilus sericeus) [9]. Il/elle fera un suivi de la densité des populations par capture-marquage-recapture dans différentes conditions d’empierrement (friches agricoles et steppes). Il/elle utilisera des approches statistiques sous R pour analyser les résultats des expérimentations (ex. modèles linéaires généralisés, Step Selection Function [10]).

Ressources INPN : Inventaire National du Patrimoine Naturel
○ Fiche écologique Asida sericea
○ Fiché écologique Poecilus sericeus

Profil recherché

Étudiant(e) de M2 ou de dernière année d’École d’Ingénieur (ou césure)
Motivation vis à vis des questions d’écologie du paysage et écologie spatiale
Motivation vis à vis des approches expérimentales et de terrain, manipulation d’organismes vivants
Bonne connaissance de R
Curiosité en modélisation
Bon niveau en anglais

Conditions et informations pratiques

Nom des encadrants
• Cécile ALBERT (CR CNRS), cecile.albert@imbe.fr
• Olivier BLIGHT (MC Univ. Avignon), olivier.blight@imbe.fr

Laboratoire d’accueil : Institut Méditerranéen de Biodiversité et d’Écologie (IMBE), sites de l’Arbois (Aix-en-Provence) et Avignon
Durée du stage – 6 mois dans la période Janvier – Juillet 2021
Indemnités règlementaires : 3.75 /h soit ~ 540€/mois
Ce stage s’inscrit dans le cadre d’un projet Européen ERC.

Candidature

Référence de cette offre de stage environnement en PACA : OE-071020-1
Date limite de candidature : 30/11/2020
Adresser CV et lettre de motivation à l’attention de Mme Cécile ALBERT par e-mail en cliquant ci-dessous :

Références
1. IPBES. Global Assessment Report on Biodiversity and Ecosystem Services. (2019).
2. Fletcher Jr, R. J. et al. Is habitat fragmentation good for biodiversity? Biol. Conserv. 226, 9–15 (2018).
3. Fahrig, L. et al. Is habitat fragmentation bad for biodiversity? Biol. Conserv. 230, 179–186 (2019).
4. Diamond, J. M. The island dilemma: lessons of modern biogeographic studies for the design of natural reserves. Biol. Conserv. 7, 129–146 (1975).
5. Villard, M. & Metzger, J. P. Beyond the fragmentation debate: a conceptual model to predict when habitat configuration really matters. J. Appl. Ecol. 51, 309–318 (2014).
6. Albert, C. H., Rayfield, B., Dumitru, M. & Gonzalez, A. Applying network theory to prioritize multispecies habitat networks that are robust to climate and land‐use change. Conserv. Biol. 31, 1383–1396 (2017).
7. Buisson, E. & Dutoit, T. Creation of the Natural Reserve of la Crau: implications for the creation and management of protected areas. J. Environ. Manage. 80, 318–326 (2006).
8. Blight, O. et al. Using stone cover patches and grazing exclusion to restore ground-active beetle communities in a degraded pseudo-steppe. J. Insect Conserv. 15, 561–572 (2011).
9. Vinatier, F. et al. Radiotelemetry unravels movements of a walking insect species in heterogeneous environments. Anim. Behav. 80, 221–229 (2010).
10. Coulon, A. et al. Inferring the effects of landscape structure on roe deer (Capreolus capreolus) movements using a step selection function. Landsc. Ecol. 23, 603–614 (2008).

Clôture des candidatures : 30/11/2020

Partager

About Author

Site de diffusion d'offres d'emploi stage et formations en environnement et développement durable. Guide des formations non exhaustif. Pour toute candidature, contacter directement l'organisme de formation ou recruteur mentionné sur l'annonce. Conseils personnalisés sur devis. Actualiser ou supprimer un contenu : infocom@orientation-environnement.fr

Commentaires fermés.

error: Copie de contenu non disponible.