Search
Generic filters
Exact matches only

Stage Utilisation des barrières à faune par les amphibiens H/F

Offre de stage M2 Étude de l’utilisation des barrières à faune par les amphibiens

stage amphibiens à l'IPHC

Stage biologie de la conservation à Strasbourg • Date limite de candidature : 28 février 2019

Contexte du stage amphibiens

La fragmentation des habitats induite par l’anthropisation des terres, en particulier avec la construction d’infrastructures linéaires de transports dont les routes, est l’une des causes majeures reconnues de l’érosion de la biodiversité. Afin de rétablir les connexions entre les habitats séparés par ces infrastructures, des passages à faune sont installés en association avec des clôtures pour réduire la mortalité due à la circulation routière. Ces clôtures servent également de guide jusqu’aux passages à faune.
Ce sujet s’intéresse à la petite faune et plus particulièrement aux amphibiens. Bien que l’efficacité de ces barrières semble être démontrée sur le terrain grâce au comptage de cadavre sur les routes, aucune expérience en conditions contrôlées n’a été réalisée pour valider leur efficacité. De plus, une étude récente montre que, le long des routes départementales du Bas-Rhin, la majorité des bassins d’orage où des mesures systématiques de cloisonnement sont prises est utilisée par un grand nombre d’espèces d’amphibiens, dont le Crapaud vert. Ce qui démontre que les mesures de cloisonnement comme les murets en béton ou les grillages petite faune ne sont pas si efficaces pour contenir cette faune sauvage. Aussi, dans le cadre de la construction de la Rocade Sud de Strasbourg, le ministère de l’environnement a demandé que soit testé un système alternatif de barrière à faune a minima étanche aux deux espèces les plus sensibles en Alsace, le Crapaud vert (Bufotes viridis) et le Hamster commun (Cricetus cricetus).

En parallèle, le Département du Bas-Rhin souhaite obtenir un système qui soit utilisable pour l’ensemble des espèces d’amphibiens. Une expérimentation scientifique pilotée par l’IPHC (CNRS-Université de Strasbourg) a alors débuté début 2018 pour des tests sur les hamsters et sera prolongée en 2019 sur les amphibiens. Cette étude bénéficie d’un financement Région, DREAL Grand Est et Conseil Départemental du Bas-Rhin. Elle apportera de nouvelles connaissances sur le comportement des amphibiens face à ces mesures de cloisonnement, et elle permettra d’établir un guide de recommandation à destination des maîtres d’ouvrage afin d’améliorer les mesures de cloisonnement existantes.

Travail attendu

Le candidat retenu devra participer à la capture sur le terrain des différentes espèces d’amphibiens ainsi qu’a leur identification et la prise de mesures biométriques. Ces individus seront placés dans des enclos où ils se retrouveront face à des barrières en bétons avec des difficultés différentes. Le comportement de franchissement de chaque espèce sera étudié grâce à des enregistrements vidéo. L’analyse et le traitement de ces vidéos seront réalisés par le stagiaire. Le but est de déterminer l’efficacité de différent profils de barrière en béton et d’estimer une hauteur minimale pour laquelle ces barrières sont imperméables à toutes les espèces d’amphibiens testées.

Profil recherché : Master 2 écologie

Étudiant de master 2 écologie avec des connaissances sur les amphibiens ainsi qu’en écologie routière serait un plus.
Forte motivation en Biologie de la conservation.
À l’aise avec les outils informatiques.

Conditions pratiques

Niveau : Stage de M2 écologie
Durée : 5 à 6 mois à partir de février ou mars 2019
Encadrant : Yves Handrich (IPHC-CNRS) et Antonin Conan (IPHC-CNRS)
Structure d’accueil : Institut Pluridisciplinaire Hubert Curien
Département Écologie Physiologie Éthologie – 67087 Strasbourg – France
Gratification mensuelle : 546€

Date limite de candidature : 28 février 2019
Référence de cette offre de stage biodiversité à rappeler : OE-201218-1

Clôture des candidatures à cette offre : 28/02/2019

FORUM : déposer un message

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.