Offre de stage suivi sur l’avifaune et les chiroptères H/F

0

Offre de stage en écologie : suivi sur l’avifaune et les chiroptères de l’incidence des parcs éoliens terrestres

Présentation du bureau d’études AEPE-Gingko

AEPE-Gingko (pour Atelier d’Ecologie Paysagère et Environnementale) est un bureau d’études spécialisé dans les analyses paysagères, les inventaires faunistiques et floristiques, la cartographie SIG et les dossiers réglementaires.
Nous collaborons régulièrement avec les administrations, les collectivités territoriales ou les entreprises privées et nous effectuons diverses tâches dont principalement des études paysagères, des études et inventaires faune/flore pour des états initiaux, des travaux éco-paysagers, des modélisations par infographie, des rédactions de dossiers réglementaires et des études d’impacts pour des dossiers énergies renouvelables (éolien, photovoltaïque).

bureau d'études paysagères AEPE-Gingko

Contexte du stage

L’Europe s’est fixé des objectifs en matière de préservation de la biodiversité et de développement des énergies renouvelables. Ainsi, à l’horizon 2020, l’Union européenne a acté « d’enrayer la perte de la biodiversité », mais aussi de porter à 20% la part d’énergies renouvelables. La conciliation de ces deux objectifs nécessite d’encourager le développement éolien tout en portant attention à l’impact des parcs éoliens sur la biodiversité.
Les parcs éoliens peuvent en effet avoir une incidence sur l’avifaune et les chiroptères et certaines espèces protégées. Les impacts potentiels sont une mortalité accidentelle par collision avec les pales en mouvement ou par barotraumatisme, et une perte d’habitat. L’exploitant d’un parc doit donc s’assurer que la construction et l’exploitation de son parc ne dégradent pas l’état de conservation des espèces.
Ces impacts sont analysés dans l’étude d’impact réalisée préalablement à l’implantation du parc éolien puis, font l’objet d’un suivi environnemental.
Un protocole national de suivi environnemental applicable aux parcs éoliens terrestres a été mis en ligne sur le site du Ministère de l’écologie. Il guide la définition des modalités du suivi des effets de ce type de projet sur l’Avifaune et les Chiroptères.
Le suivi environnemental analyse les impacts du projet sur l’avifaune et les chiroptères et, pour les installations soumises à autorisation, sur toute espèce protégée identifiée dont la sensibilité à l’éolien est avérée et présentant un enjeu dans l’évaluation environnementale préalable (dont étude d’impact) et les compare avec les conclusions de cette dernière.

Objectifs et missions

Dans ce contexte, et sous la responsabilité d’un ingénieur écologue, le/la stagiaire aura pour mission de réaliser le suivi de l’activité des oiseaux, de l’activité des chiroptères, et également de la mortalité de ces groupes faunistiques, pour un parc éolien.
Le suivi de l’activité des oiseaux permet d’évaluer l’état de conservation des populations d’oiseaux présentes de manière permanente ou temporaire au niveau de la zone d’implantation du parc éolien. Il a également pour objectif d’estimer l’impact direct ou indirect des éoliennes sur cet état de conservation, en prenant en compte l’ensemble des facteurs influençant la dynamique des populations.
Le suivi de l’activité des chiroptères aura pour objectif d’estimer l’impact des éoliennes sur les espèces présentes sur le site. Il portera sur une ou plusieurs des périodes d’activité des chauves-souris en fonction des spécificités du site identifiées par l’étude d’impact.
Enfin, le suivi de mortalité permet de vérifier que les populations d’oiseaux et de chauves-souris présentes au niveau du parc éolien ne sont pas affectées de manière significative par le fonctionnement des aérogénérateurs. L’objectif est de s’assurer que l’estimation effectuée dans l’étude d’impact du projet en termes de risques de mortalité n’est pas dépassée dans la réalité.

Le/la stagiaire réalisera donc :
– Des études bibliographiques concernant la thématique étudiée et il devra s’approprier le protocole proposé ;
– Les inventaires avifaunistiques (écoutes et observations en journée) et chiroptérologiques (enregistrements des ultrasons en soirée (détecteur Pettersson D240X) et identifications des espèces au bureau (logiciel BatSound)) ;
– Les analyses statistiques des données, les interprétations des résultats et donc des impacts résiduels et la rédaction d’un rapport d’étude.

Profil du stagiaire avifaune

  • Étudiants en fin d’études de type master ou école d’ingénieur, de niveau bac+5 écologie – environnement
  • Connaissances naturalistes en avifaune
  • Connaissances de bases des logiciels SIG (QGis, Arcgis)
  • Intérêt pour les travaux de terrain
  • Être titulaire du permis B
  • Capacité d’autonomie, de prise d’initiative et rigueur scientifique

Conditions d’accueil

Le bureau d’études est situé à Saint-Mathurin-sur-Loire (49) et le parc éolien à étudier est à Ardin (79).
La durée du stage est fixée de 6 à 7 mois entre mars et octobre 2016 et les horaires de travail sont de 35 heures par semaine.
Le/la stagiaire recevra des indemnités mensuelles, à hauteur du montant légal en vigueur à partir du début du stage. Les frais de déplacement sont remboursés et des véhicules de fonction sont fournis.

Contact et candidature

Date limite de candidature : 5 février 2016 – Recrutement clos

Partager

About Author

Publidiffusion d'offres d'emploi, de stage et de formations en environnement - Guide non exhaustif. • Candidater à une formation : contacter directement l'établissement. Site à consulter Parcoursup.fr • Candidater à une offre de stage ou d'emploi : cliquer sur le bouton candidater au bas de l'offre.

Publier une offreRéférencer une formation

Commentaires fermés.

error: Copie de contenu non disponible.