VSC Chargé d’information halieutique et d’appui scientifique H/F

0

Recrutement halieutique Iles Wallis et Futuna

agriculture pêche wallis et futuna

Volontaire du service civique (VSC) Chargé(e) d’information halieutique et d’appui scientifique
Limite de candidature : 24/05/2021

Service d’affectation :
Direction des Services de l’agriculture, de la forêt et de la pêche des Iles Wallis et Futuna
Service de la Pêche et de la Gestion des Ressources Marines
Lieu de travail : Aka’aka – BP 19 Mata’Utu – 98600 WALLIS – Iles Wallis et Futuna

Structure du service : en gras, le poste qui fait l’objet de ce descriptif
1 ingénieur principal
1 technicienne chargée des aides et de la formation
1 chargé de mission pour l’information halieutique et d’appui scientifique – VSC
1 ingénieur chargé de l’animation du volet pêche du projet PROTEGE
1 agent chargé du soutien à l’observatoire des pêches (financement PROTEGE)
1 technicien du secteur pêche auprès de l’antenne de la DSA à Futuna
1 engagé de service civique en appui au service

Contexte général

La gestion durable des pêches côtières à Wallis et Futuna est en enjeu inscrit dans la Stratégie de Convergence et de Transformation 2030 et dans le Plan Pluriannuel de Développement Durable du Secteur Primaire. Elle est également au cœur du programme PROTEGE financé par le 11ème Fonds régional Européen de Développement des PTOM qui a démarré fin 2019.
Au niveau régional, les organisations techniques telles que la Communauté du Pacifique oeuvrent pour une meilleure gouvernance des pêches côtières basée sur la participation des communautés et la mise à disposition de la meilleure information. La collecte des données est mise en avant dans les stratégies régionales et subrégionales telles que la Stratégie de Nouméa (Communauté du Pacifique, 2015) et la Feuille de route pour des pêches côtières durables du Forum des Iles du Pacifique.
A Wallis et Futuna, malgré la décroissance démographique, la pêche côtière reste très pratiquée par les communautés du Territoire à divers titres : commercial, récréatif, le plus souvent vivrier. Bien que déjà conséquente, la part des produits de la mer dans l’alimentation doit être augmentée en réponse aux problématiques de santé publique (prévalence des maladies non transmissibles) et de cherté de la vie. L’exploitation raisonnée de ces ressources, en étroite articulation avec la pêche hauturière et l’aquaculture (toutes les deux à l’état de projet) est aussi une opportunité de croissance bleue. Face à ces enjeux alimentaires, sociaux et économiques, les ressources aquatiques côtières, vulnérabilisées par les atteintes aux milieux sensibles (récif corallien et mangrove par le réchauffement climatique et l’action de l’homme, pollutions organiques) et des pratiques non durables, doivent être gérées au plus près de leur potentiel de renouvellement. Pour cela, le cadre réglementaire actuel doit être actualisé et la population sensibilisée à la lumière d’informations halieutiques robustes et continues. Pour un pilotage plus précis des politiques publiques de soutien à la pêche professionnelle et de gestion des ressources halieutiques par les autorités, autant que pour la bonne information des acteurs, il est indispensable de disposer d’un outil de suivi et d’évaluation de l’état et de l’évolution des ressources marines, de leurs déterminants, et des résultats obtenus par les politiques de soutien aux filières professionnelles.
C’est l’objectif de l’Observatoire des Pêches dont le projet soutenu par le programme PROTEGE est en voie de finalisation avec l’ambition de publier dès 2021 les indicateurs prioritaires pertinents et mesurables auprès des pêcheurs, des décideurs et des coutumiers. L’année 2021 est donc décisive pour obtenir un soutien au projet d’Observatoire par les acteurs de la filière et donc sa pérennisation. Il appartiendra au Service de la Pêche de le mettre en œuvre et notamment au Bureau de la Gestion des Ressources Marines, en charge également de la stratégie de sensibilisation et d’intervention quinquennale pour la gestion des ressources côtières (PROTEGE). Le Service de la Pêche, au travers du Bureau d’Appui aux Pêcheurs, est également chargé de mettre en œuvre les politiques de soutien à la filière (formations, aides à l’investissement, soutien aux initiatives collectives)

Caractérisation du poste

Intitulé : Chargé(e) d’information halieutique et d’appui scientifique (CIHAS)

Objectifs principaux :
Sous la direction de l’ingénieur principal et avec le soutien scientifique des partenaires régionaux et de l’agent en appui à l’observatoire des pêches, le CIHAS est chargé des données halieutiques depuis la collecte jusqu’à la publication des tableaux de bord en passant par le développement et le maintien des bases de données. A ce titre, il est en charge de l’Observatoire des Pêches Lagonaires et Récifales. Il est responsable également des données hors champ de l’Observatoire.
Il (elle) apporte également un appui scientifique et technique aux actions du service, en contribuant notamment à la formulation des besoins en matière d’acquisition de nouvelles connaissances et d’études.

Activités :
Activité 1 : information halieutique

  • Piloter l’Observatoire dans sa phase de démarrage
  • Améliorer les indicateurs biologiques, techniques et économiques de suivi de la ressource et des activités
  • Améliorer les protocoles de collecte appropriés et organiser/réaliser la collecte (fiche de pêche, mesures au débarquement et enquêtes de perception)
  • Entretenir et développer le réseau de partenaires au niveau territorial, notamment avec les pêcheurs, et régional, avec les agents de l’observatoire des pêches de Nouvelle-Calédonie
  • Administrer la base de données et contrôler la qualité des données
  • Analyser les données suivant les indicateurs prioritaires identifiés et les besoins formulés par les pêcheurs, les décideurs et les services
  • Mettre en forme et publier les résultats synthétiques à l’attention des pêcheurs, des décideurs et des coutumiers avec le soutien d’un prestataire en communication et de la CPS, suivant une stratégie de communication définie.
  • Superviser l’agent chargé du soutien à l’observatoire

Activité 2 : appui scientifique à la gestion des pêches

  • Diagnostiquer l’état des ressources et hiérarchiser les menaces
  • Identifier les connaissances manquantes et contribuer à y remédier
  • Contribuer à la rédaction des cahiers des charges des études à commander
  • Participer à la mise en œuvre de la stratégie d’intervention pour une gestion durable des ressources côtières et la stratégie de communication associée

Activité 3 :

  • Rédiger des notes de synthèse, rapports, compte rendus de réunion à la demande
  • A la demande, venir en appui sur des missions annexes du service

Positionnement

Supérieur direct : Le chef du Service de la Pêche et de la Gestion des Ressources Marines
Autres supérieurs : Le Directeur des services de l’agriculture, de la forêt et de la pêche
Relations fonctionnelles :
• En interne :
◦ le Chef de Service,
◦ l’animateur PROTEGE,
◦ l’agent de l’observatoire
◦ la technicienne pêche
• En externe :
◦ Les pêcheurs et leurs organisations, la Chambre de Commerce, des Métiers et de l’Agriculture (CCIMA), les chefferies, les partenaires techniques locaux et régionaux

Contraintes spécifiques

Activités en mer et en horaires décalés, déplacements intra et extra territoriaux
Horaires et temps de travail
39 heures hebdomadaires soit 8 heures de travail obligatoires du Lundi au Jeudi et 7 heures le Vendredi.

Compétences clés

Qualifications

  • ingénieur agronome spécialisé en halieutique
  • cadre technique de production et valorisation des ressources marines
  • Master en gestion des zones côtières
  • DEUST Technicien de la Mer et du Littoral option VPM avec expérience en halieutique de 2 ans minimum

Compétences requises

CONNAISSANCES :
◦ bonnes connaissances en sciences halieutiques, environnement marin et statistiques quantitatives
◦ bonnes connaissances en économie et droit des pêches
◦ anglais courant (lu, parlé et écrit)
◦ la pratique du wallisien et/ou du futunien serait un plus
SAVOIR-FAIRE :
◦ Solides bases en Système d’Information Géographique
◦ très bonnes capacités rédactionnelles
◦ permis de conduire obligatoire
◦ permis mer souhaité
SAVOIR-ÊTRE :
◦ sens du contact humain, sens du service public, capacité d’organisation,
◦ esprit d’initiative, capacité de travail en équipe

Compétences numériques et informatiques
• Maîtrise des outils bureautiques
• Maîtrise des tableurs et bases de données (Excel et Access)
• Bonne pratique d’un logiciel SIG (QGis ou Mapinfo)
• Connaissance d’outils de PAO/DAO souhaitée

Conditions contractuelles

Date de prise de fonction : Dès que possible
Durée : Contrat à Durée Déterminée d’un an renouvelable une fois
Statut : Volontaire du Service Civique selon loi 2010-241 et décrets subséquents
Rémunération : 2050 € nets / mois (Indemnité de volontaire du service civique et indemnité complémentaire conformément aux articles R. 121-22 et R.121-26 du Code du Service National)
Transport domicile – Wallis A/R en début et fin de mission + transport d’effets personnels

Modalités de candidature

Référence de cette offre de volontariat halieutique : OE-190521-1
Adresser votre dossier de candidature (Curriculum Vitae + lettre de motivation + copie du plus haut diplôme obtenu) par voie électronique avant le 24/05/2021

Clôture des candidatures : 24/05/2021

Partager

About Author

Publidiffusion d'offres d'emploi, de stage et de formations en environnement - Guide non exhaustif. • Candidater à une formation : contacter directement l'établissement. Site à consulter Parcoursup.fr • Candidater à une offre de stage ou d'emploi : cliquer sur le bouton candidater au bas de l'offre.

Publier une offreRéférencer une formation

Commentaires fermés.

error: Copie de contenu non disponible.